Alerte : Une loi sur la fermeture des bars trop bruyants va sortir.

C’est un coup de massue ! Déjà qu’on a des taxes, des restrictions, des obligations, des normes en veux-tu en voilà… Bientôt les maires pourront fermer votre établissement si bon leur chante. Super, top. On adore.

Un projet de loi controversé

C’est une réforme qui est en projet de loi, (à croire qu’ils ont vraiment que ça à faire) et qui autoriserait plus de pouvoir au maire de votre commune, dont fermer (pour une durée maximale de 2 mois) les bars trop bruyants. Ce projet de loi est actuellement examiné au Sénat ce mardi 8 octobre. Ce projet de loi s’inscrit dans le dossier « Engagement et proximité ». Mais on en parle de la proximité quand les bars des petites communes ferment alors qu’ils sont le cœur vivant du village, un endroit où les gens peuvent encore se rencontrer et discuter. C’est toujours le même problème : il suffit qu’un voisin pas très intelligent vienne vivre au-dessus et n’ait pas pris conscience qu’il habitait au-dessus d’un endroit festif pour venir foutre la pagaille. Assez à la fin.

Une opposition ferme de la part du GNI

Le Groupement National des Indépendants s’est opposé très largement à ce changement de compétence qui pour lui doit rester entre les mains de la préfecture. Pour eux, si un maire peut fermer un établissement comme il le souhaite, il peut donc fermer celui de la liste opposante (ou celui du fils de Serge qui a pas voté pour lui en 92.). Non mais sérieux. M. Marcel Benezet président de la branche « café, bar, brasserie » au sein de du GNI a exprimé son inquiétude :" Le GNI s'y oppose totalement. C'est le fait du prince, c'est le clientélisme". Car pour lui, « si le patron du bar est opposé à la liste du maire qui se représente, il a tout pouvoir de le fermer", évoquant les prochaines élections municipales de 2020. "Je voudrais que ça [la compétence] reste en préfecture. On est complètement remontés contre ça".

Plus de peurs pour les petites communes

Il s’inquiète (tout comme nous) du fait qu’une fermeture administrative inclue directement une fermeture immédiate de l’établissement, sans autre forme de procès. Une fermeture arbitraire donc. Il s’explique aussi : " Quand vous avez des problèmes d'hygiène, que ce soit fermé immédiatement, bien sûr, c'est normal " avant d’ajouter " Vous avez des endroits où il n'y a plus rien, vous traversez des villages où il n'y a plus d'activité. Recréer de la vitalité dans les cœurs de ville, on est tout à fait pour car ce sont des licences implantées là où il y en a plus. Mais la sanction, nous souhaitons qu'elle reste administrative". On a pas envie qu'un Gordon Ramsay rode autour de notre établissement et le ferme parce qu'il a décidé (bon en général pour de bonne raisons) qu'il était temps de le fermer.


11/10/2019 09:41
Actualité