Marc Veyrat perd son procès contre le Guide Michelin

Il n'y a pas si longtemps on vous avez parlé du chef Marc Veyrat qui n'était pas très content car il avait perdu sa 3ème étoile dans son restaurant de Manigod sur le célébre livre rouge. Le chef avait donc attaqué en justice le fameux Guide Michelin. On vous dit tout du procès.

Bad News.

C'est au tribunal de grande instance de Nanterre que la sentence a été rendu. Le chef estimait que rétrograder son restaurant d'une étoile était " une erreur " de la part du Guide Michelin. Il avait même demandé d'obtenir des preuves des compétences et du passage des inspecteurs du guide dans son restaurant ainsi qu'une " trace des débats " qui justifiait la perte de son étoile. Mais le tribunal a débouté la requête de M. Veyrat car elle " ne produisent aucune pièce relative à l'existence d'un dommage et à la réalité de leur préjudice ".

Une remise en question du chef.

Très affecté par cette nouvelle le chef se remet en question et ne comprend toujours pas la décision du tribunal. Il compte même faire appel et demande à être retiré du livre rouge. Sans doutes trop déçu de la décision du guide et de ses inspecteurs. Il avait même demandé une réunion en présence du directeur du guide Michelin pour essayer de comprendre la situation au mieux. Mais la réponse n'a pas dû être ce qu'il espérait puisqu'il continu donc de les poursuivre en justice. Il s'explique : " Je ne peut que continuer de penser que le restaurant La Maison des Bois a été victime d'une erreur d'appréciation avec des inspecteurs qui ont notamment confondu une recette complexe à base de produits savoyards avec une vulgaire tranche de cheddar " en rajoutant que " Si on me dit : M. Veyrat, votre cuisine est moins bonne qu'avant, j'accepte tout. Je respecte le Michelin, je dis : Amen, on va faire le nécessaire ", mais " là, c'est des critères incroyables " a t il estimé.

Le tribunal reste ferme

Pour le tribunal, les pièces qui constituaient le dossier étaient " insuffisantes à démontrer l'existence d'un motif légitime de nature à justifier qu'il soit porté une atteinte disproportionnée à l'indépendance d'évaluation constitutive de la liberté d'expression des inspecteurs du guide ". Il rappel notamment que cette liberté est une "garantie" de la Convention Européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales. Ainsi, il faut se rappeler que le guide est là pour les consommateurs et non pas pour les chefs des restaurants visités.
L'avocat de la défense, estimant que la procédure était abusive a déclaré " Nous espérons maintenant que Marc Veyrat puisse consacrer son énergie à sa cuisine plutôt qu'à de mauvais procès ". Avant de tenter de poursuivre en justice Marc Veyrat en réclament 30 000€ de dommages et intérêts.

08/01/2020 00:54
Actualité