Santé au travail : les employés de la restauration très touché


Ce n'est pas nouveau, mais, en restauration le stress, la fatigue, et les horaires en décalées, font que nous avons un métier qui nous abîme le corps, l'esprit, et donc.. la santé.

On vous fait un petit point.

Par que oui, bon on le sait, tout le monde de la restauration le sait, et même ceux qui sont proches de nous le savent : on a un métier très stressant. Pour autant, quand une étude le démontre, ça apporte toujours de l'appui à nos propos. C'est ainsi qu'une étude britannique d'un syndicat salarié a révélé à quel point, le boulot de chef abimait votre santé. Cette analyse met à jour que 69% des chefs de cuisine ont un métier stressant et qu'il a un impact direct sur le bien-être mental mais aussi physique. Et oui, on en connait des chefs qui font leur " diva " ou qui " pète des plombs " en cuisine. Même si elle n'a pas été faite en France, on peut facilement approuver que nous sommes aussi concernés, et pas que le chefs, tout le staff en lui même d'un établissement quel qu'il soit.

On vous fait d'autres constats

Ainsi, une autre étude d'un syndicat professionnel Unite, a lui aussi fait son enquête et révèle beaucoup de points communs avec la 1ère étude. Ainsi, en terme de stress, le métier de Chef de cuisine est au plus haut : le nombre d'heures, une position debout pour 99% de vos temps, des services sous la pression de la qualité, son propre repas pris sur le pouce, des cuisines où il fait hyper chaud et parfois très petites, de très courts temps de repos, mais aussi, une vie en décalée... Tous ces facteurs font sans très grandes surprises, des dégâts auprès des salariés. Selon cette étude 44% des chefs déclarent travailler de 48 à 60 heures par semaine, et plus de 14% sont au-dessus de 60heures par semaine. Ainsi, plus de la moitié des salariés en cuisine ont expliqué rester quelques heures après la fin officielle de leur service. Et quand on leur demande 69% répondent que cela a un incident sur leur vie privée.

Pour aller plus loin..

Ainsi, cela entraine de nombreuses dérives de la part des salariés pour tenir le rythme. On l'a déjà évoqué, mais cette étude révèle au grand jour les failles de ces rythmes. Ainsi, c'est 78% des chefs qui ont eu des accidents de travail, et plus de la moitié des chefs sont en dépression. Car l'on a tendance à considérer que leur métier doit être fait par " passion " et que donc l'on ne compte pas le nombre d'heures. Sauf que.. on 56% prennent des analgésiques, 41% prennent des stimulants ( comprenez de la drogue ), 27% consomment régulièrement de l'alcool. Ce qui entraine donc des maladies telles que la dépression, l'addiction, des risques d'AVC et des maladies cardio-vasculaires que les personnes de ce secteur ne peuvent palier en faisant de l'activité physique ou en ayant du repos.

11/02/2020 09:44
Actualité